Relancer l’économie
Lors de son premier point de presse au lendemain des élections, Philippe Couillard a mis la relance de l’économie en tête de ses priorités. Pour y arriver, il entend augmenter de 1,5 milliard$ les investissements dans les infrastructures. Le gouvernement Couillard prolongera également le crédit d’impôt à la rénovation domiciliaire.

Vérifier les finances publiques
Après son assermentation, Philippe Couillard demandera au vérificateur général de dresser un portrait indépendant des finances publiques.

Faire un surplus d’ici 2015
Le gouvernement libéral prévoit atteindre l’équilibre budgétaire d’ici 2015-2016. Le dernier budget Marceau prévoyait également un retour au déficit zéro en 2015-2016, mais Philippe Couillard devra y arriver tout en investissant 1,5 milliard$ dans les projets d’infrastructure et en annulant la hausse des frais de garderie. Pour y arriver, le chef libéral a promis de ne pas renier les engagements de sa prédécesseure, mais plutôt d’imposer des compressions dans l’appareil étatique. Le PLQ prévoit même un surplus de 100 millions$ en 2015-2016.

Annuler la hausse des frais de garderie
Le PLQ s’est engagé à annuler la hausse subite de 7$ à 9$ des frais de garderies subventionnées, comme le proposait le budget Marceau. Ceux-ci seront indexés au coût de la vie.

Abolir la taxe santé
Dès l’atteinte d’un surplus budgétaire prévu par le PLQ en 2015-2016, Philippe Couillard s’est engagé à éliminer graduellement la taxe santé. Instaurée sous le gouvernement Charest, le PQ avait promis d’éliminer cette taxe, avant de se raviser une fois au pouvoir. Le gouvernement Marois a finalement introduit une taxe progressive en fonction du revenu.

Régler le dossier de la charte
Le PLQ entend faire adopter une version moins contraignante de la charte des valeurs. Le chef libéral veut encadrer les accommodements raisonnables et interdir le voile intégral. Le gouvernement libéral présentera également des balises afin d’aider les directions à encadrer, au cas par cas, le port de signes religieux par les employés de l’État en position d’autorité.

«Mourir dans la dignité»
Le projet de loi «Mourir dans la dignité», piloté par la péquiste Véronique Hivon, sera adopté, a promis Philippe Couillard. Le projet de loi 52 faisait déjà consensus entre les partis avant le déclenchement des élections. Les députés libéraux pourront voter librement sur la question, sans se soumettre à la ligne de parti.

Un toit pour le Stade
Philippe Couillard voit d’un oeil favorable l’installation d’un nouveau toit sur le Stade olympique. Le chef du PLQ croit que, même au coût de 300 ou 400 millions de dollars, le remplacement du toit serait rentable s’il permet d’utiliser le Stade sur une plus longue période de l’année.

Nomination du directeur de la SQ
Le chef libéral a suggéré de revoir le mode de nomination du directeur de la Sûreté du Québec. Il propose un processus similaire à celui des juges, où un comité de sélection indépendant suggère une courte de liste de candidats.

Super-cliniques et super-infirmières
Le PLQ a promis la création de 50 «super-cliniques» ouvertes sept jours sur sept et offrant des services spécialisés. Le parti promet aussi l’arrivée de 2000 «super-infirmières», ou infirmières-cliniciennes. Philippe Couillard espère ainsi désengorger le système de santé.

Stratégie maritime
Philippe Couillard a présenté sa «stratégie maritime» comme son grand héritage personnel. Il s’agirait d’un investissement de 7 milliards$: 1,5 milliard$ de chacun des gouvernements provincial et fédéral, 4 milliards$ du privé. Ce vaste chantier viserait à augmenter le transport de marchandises le long du fleuve St-Laurent afin de stimuler l’économie québécoise. La «stratégie maritime» comprend notamment la création d’un pôle-logistique à Vaudreuil-Soulanges, d’infrastructures le long du fleuve, d’un traversier entre Montréal et la Rive-Sud, et de centres de recherche et développement de technologies marines.

250 000 emplois
En début de campagne électorale, Philippe Couillard s’est engagé à créer 250 000 emplois au cours des cinq prochaines années. Il compte y arriver grâce aux investissements en infrastructures, à la relance du Plan nord et à sa stratégie maritime.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Advertisements